Toshio Hosokawa (*1955)

Toshio Hosokawa se forme au piano, au contrepoint et l’harmonie Tokyo. En 1976, il s’installe Berlin où il étudie la composition avec Isang Yun, le piano avec Rolf Kuhnert et l’analyse avec Witold Szalonek la Hochshule der Künste. Il participe également aux cours d’été de Darmstadt en 1980 et suit l’enseignement de Klaus Huber et de Brian Ferneyhough à la Hochshule für Musik de Fribourg-en-Brisgau. Klaus Huber l’encourage alors s’intéresser ses origines musicales en retournant au Japon les étudier de manière approfondie. Cette démarche double sera fondatrice d’une oeuvre qui puise ses sources aussi bien dans la grande tradition occidentale – Hosokawa cite Bach, Mozart, Beethoven et Schubert parmi ces compositeurs favoris et n’ignore rien de Nono, de Lachenmann et bien sûr de Klaus Huber – que dans la musique savante traditionnelle du Japon, notamment le gagaku, l’ancienne musique de cour. Ses oeuvres, privilégiant la lenteur, un caractère étale et méditatif dont la dimension spirituelle n’est jamais absente, sont souvent composées en vastes cycles. Les thématiques du voyage intérieur et des liens entre l’individu et la nature traversent nombre d’entre elles.

Il est invité dans les plus grands festivals de musique contemporaine en Europe comme compositeur ou conférencier et collabore étroitement avec le choeur de la radio WDR de Cologne. En 1989, il fonde un festival de musique contemporaine à Akiyoshidai (au sud du Japon) qu’il dirige jusqu’en 1998. Son catalogue comprend des oeuvres pour orchestre, des concertos, de la musique de chambre, de la musique pour instruments traditionnels japonais, des musiques de film, des opéras.

Parmi ses nombreux prix, il reçoit notamment le Premier prix du concours de composition de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, le Prix Irino pour les jeunes compositeurs (Tokyo 1982) les Prix Kyoto et Otaka (1988), l’Energia Music Award à Hiroshima (1995), les Prix des Festivals de Rheingau et Duisburg (1998), le Prix du Festival Musica Viva (2001) ainsi que le Prix Otaka pour la meilleure oeuvre pour orchestre au Japon. Il reçoit le British Composer Award en 2013.

Oeuvres:

  • Birds Fragments III pour sho (accordéon) et flûtes (1990) + d'infos
  • Blossoming pour quatuor à cordes (2007) + d'infos
  • Drawing pour ensemble (2004) + d'infos
  • Nachtklänge pour piano (1944) + d'infos
  • Passage (2019) + d'infos
  • Vertical Time Study I pour clarinette, violoncelle et piano (1992) + d'infos
  • Voyage IV Extasis pour accordéon et ensemble (2000) + d'infos
  • Windscape pour deux percussions (1996) + d'infos

Concerts SMC Lausanne: