1 + 1

1+1
En mars 1999, 1+1 présente son premier concert : « Mortel combat ». Anne Gillot aux flûtes à bec et Laurent Estoppey aux saxophones proposent alors une opposition de pièces solo formant un tout. Pendant des mois la règle reste : ne jamais jouer en même temps. S’ensuivent des juxtapositions et collages de pièces solos puis vient l’envie de jouer ensemble. Mais vraiment ensemble. A l’unisson, quelle que soit la difficulté de la pièce, créant ainsi un nouveau timbre issu de la fusion des deux instruments. L’improvisation viendra par la suite élargir le champ de leurs dialogues, ainsi que de nombreuses collaborations avec des musiciens et des plasticiens. Cinq enregistrements jalonnent ce parcours : Disque7plage3 avec Stephan Perrinjaquet en 2001, Steve Reich’s Counterpoints en 2003, Philip Glass’s Early pieces en 2005, 17 de Jacques Demierre en 2007 et 152’35 avec Diatribes en 2010.
Dès 2010, 1+1 poursuit son travail en se consacrant principalement à l’improvisation (concerts avec Urs Leimbgruber, Hans Koch, Cyril Bondi, Thomas Peter, Louis Schild, etc…), au travers de la programmation de plusieurs séries (La musique et les questions, 2015, espace Echallens, Lausanne, Les apéros d’1+1, Festival flûtes en jeu, Lausanne, 2016) mais également en travaillant avec des vidéastes (Vincent Capes, Christopher Cassidy, Olivier Saudan, série Toiles de sons, City Pully en 2013-2014).
En 2016, sur commande de l’Association Flauto dolce pour le festival Flûtes en jeu à Lausanne, 1+1 compose Zugunruhe une pièce de trente minutes pour une centaine de musiciens de tous âges et tous niveaux. La pièce est créée à Lausanne par un ensemble de flûtiste à bec, puis à Greensboro aux Etats-Unis par des saxophonistes. La particularité de la pièce est que sa partition est sonore, diffusée pour chaque musicien au moyen d’écouteurs.
Ils poursuivent leurs recherches instrumentales, conceptuelles et compositionnelles au sein de l’ensemBle baBel et présentent en 2017 un concert basé sur le roman de James Ellroy Le Dahlia noir, entièrement composé de manière collective.

Anne Gillot, flûtes à bec, clarinette basse
Anne Gillot poursuit un travail tant dans la création et l’entretien du répertoire de musique contemporaine, que dans une recherche élargie autour du son et de l’improvisation. Elle accomplit ses études au Conservatoires de Lausanne et Bienne en Suisse, et se spécialise dans la musique contemporaine à Amsterdam.
En 1998, elle co-fonde le Boulouris5, groupe de musique actuelle au répertoire orienté vers la musique latine (quatre enregistrements, spectacles musicaux et tournées européennes, www.boulouris.ch ). Elle fait également partie du duo 1+1 avec le saxophoniste Laurent Estoppey, avec qui elle réalise quatre enregistrements. Elle collabore dans le domaine de l’improvisation avec notamment Urs Leimgruber, Jacques Demierre, Hans Koch, Ensemble Rue du Nord, Jonas Kocher, Patricia Bosshart, Abril Padilla.
Depuis 2009 elle fait partie de la compagnie du Phonoscope et est membre de la compagnie STT du metteur en scène Dorian Rossel pour qui elle compose des musiques de scène.
Parallèlement à son activité musicale, depuis 2000, Anne Gillot travaille pour la Radio Suisse Romande Espace 2, en tant que productrice de l’émission de musique contemporaine «Musique d'avenir».

Laurent Estoppey, saxophones
Partageant sa vie et ses activités entre la Suisse et les Etats-Unis, Laurent Estoppey joue du saxophone et de l’électronique, interprète, compose, improvise, enseigne.
S’intéressant à toutes sortes de musiques, traditionnelles, pop, classique, expérimentale, il joue dans de nombreux groupes et projets. Il est directeur artistique de l’ensemBle baBel, groupe lausannois actif depuis dix ans dans la création musicale ainsi que de Collapss (Collective for happy sounds), collectif artistique formé de musiciens, de compositeurs, de danseurs et d’artistes visuels basé à Greensboro en Caroline du Nord aux Etats-Unis.
Laurent Estoppey collabore avec de nombreux compositeurs, a créé plus de 200 œuvres et compte à son actif une vingtaine d’enregistrements. Il joue également dans des orchestres tels que l’Orchestre de la Suisse Romande, l’Ensemble Symphonique Neuchâtelois et l’Orchestre de Chambre de Lausanne.
Il collabore avec des artistes et musiciens internationaux parmi lesquels on peut relever Christian Marclay, Xavier Veilhan, Francis Baudevin, Ikue Mori, Sylvie Courvoisier, Elliott Sharp, Anthony Coleman, Eugene Chadbourne, Jacques Demierre, Anne Gillot, Dragos Tara, Benoît Moreau et Vincent Capes.
Il enseigne le saxophone, la musique contemporaine et l’improvisation à des musiciens de tous âges et tous niveaux par le biais de masterclass et ateliers en Europe et aux Etats-Unis.
En 2016, il est nominé pour le Herb Alpert Music Award.

Concerts SMC Lausanne