Die Zunge des Gletschers

pour contrebasse solo
2015, Michel Roth

Pour Michel Roth, « Die Zunge des Gletschers [La langue du glacier] est un oracle : un corps énorme et rigide qui articule des sons linguistiques étirés mais compréhensibles. Il dit : « Bouge ! ». Cette pièce fait partie d'une séance de thérapie pour le moins étrange de mon opéra The Artificial Mother. La contrebasse y est considérée comme une prolongation de la langue du bassiste. Dans la traduction d'une langue à l'autre, j'ai utilisé un alphabet phonétique strict. J’ai transféré chaque phonème rythmiquement dans des processus de jeux complexes. Les deux niveaux, cependant, apparaissent et cohabitent dans un canon : la voix et la basse créent une polyphonie. Les moments de friction et de perturbation ainsi que la déformation des expressions reflètent le paradoxe, mais aussi la sublime langue du glacier. La pièce est dédiée à Aleksander Gabryś auquel je suis lié par une profonde amitié et une grande admiration. »

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 23 avril 2018 (Saison 2017-2018)
    Pre-art soloists + lire
    Oeuvres de Wirth, Janevska, Roth, Kaleli, Arter et Globokar