Crepusculo

pour flûte Paetzold et live electronic
2004, Oscar Bianchi

Composée en 2003/2004, Crepusculo fait partie des premières œuvres d’Oscar Bianchi.
La flûte à bec carrée, conçue dans les années 70 par Joachim Paetzold, est un instrument nouveau qui dispose d’un répertoire restreint, et qui, de ce fait, représente un véritable terrain d’exploration pour le compositeur.
Exploitant l’immense potentiel et la morphologie généreuse de la flûte à bec contrebasse de Paetzold, Crepusculo explore les rapports entre les sources sonores et la vitesse des mouvements dans l’espace. Le compositeur souligne la nécessité de lier les variations d’amplitude (variations de dynamique) avec les variations de vitesse dans les mouvements spatiaux. La spatialisation est un sujet délicat, car elle pose souvent des problèmes phénoménologiques comme la nécessité des mouvements et des propagations forcées du son. La nécessité d’entrelacer ces paramètres est une conséquence de l’hypothèse fondamentale que pour mieux percevoir la consistance dans les phénomènes acoustiques complexes, les paramètres doivent être groupés selon des catégories de variations similaires.
La première version de cette œuvre, créée à l’IRCAM en 2004, utilise un algorithme de spatialisation en trois dimensions, suivant le vœu du compositeur d’explorer une dimension de spatialisation souvent oubliée : l’axe vertical.
La flûte à bec Paetzold a été utilisée par Oscar Bianchi à plusieurs reprises dans ses œuvres ultérieures : MATRA (2007), sa grande cantate et Thanks to my eyes (2011), son premier opéra, créé au Festival d’Aix-en-Provence.

Concert SMC Lausanne:

  • Lundi 2 décembre 2019 (Saison 2019-2020)
    Duo Two Whiskas + lire
    Oeuvres de Di Scipio, Schuring, Jakober, Bianchi, Kaiser, Iannotta et Kerschbaumer