Actiones

pour ensemble
1970 - création suisse, Ernö Király

Le compositeur et ethnomusicologue Ernö Király est né en 1919 à Subotica en Ex-Yougoslavie. Autodidacte, il apprend la guitare, l’accordéon et le cornet à pistons. Avant la Deuxième Guerre mondiale, il joue dans les orchestres d’ouvriers locaux.
Ernö Király est un radical et un surréaliste, qui défend une modernité brute. Sa méthode de création a plus de points communs avec l’avant-garde américaine qu’avec l’école européenne. Le facteur décisif de sa carrière est l’ethnomusicologie, à laquelle il s’adonne dans les années cinquante alors qu’il est rédacteur pour la musique traditionnelle hongroise à Radio Novi Sad. Il recueille la musique vocale et instrumentale des habitants de la région de Voïvodine, où cohabitent Hongrois, Serbes, Croates, Slovaques et Tsiganes, jouant chacun de leurs instruments folkloriques : cithares, tambours, flûtes et fifres. Inspiré par les nouvelles technologies, dont il apprend l’existence par des émissions radio, et particulièrement par le Poème électronique d’Edgar Varèse, Király commence à composer des pièces de musique électronique dans les années 1960, en y intégrant de temps à autre des instruments de musique traditionnelle. Dès les années 1970, il use de la notation graphique et des opérations de hasard dans ses pièces pour ensemble. Désirant aller au-delà des douze sons de la gamme chromatique, il construit ses propres instruments, parmi lesquels le zitherphone et le tablophone, basés sur des instruments traditionnels hongrois, ce qui lui a valu bien plus tard la qualification de « Harry Partch des Balkans ».
Actiones est une partition graphique qui s’inscrit dans la série de pièces pour ensemble réalisées par Király en collaboration avec la graphiste Xénia Radák. Il s’agit de vingt-cinq actions définies par des formes géométriques, des modes de jeu et des couleurs, qui indiquent chacune une expression (con amarezza, pomposo, etc.). L’intonation, la hauteur des notes et le phrasé doivent être le plus souvent joués de façon arbitraire. La pièce peut également se réaliser avec des danseurs vêtus de costumes rouge, vert, jaune, bleu ou lilas, correspondant aux couleurs de la partition.

Concert SMC Lausanne: