Mare

pour soprano, 8 instruments et électronique
2004, Mauro Lanza

Mare est le deuxième volet d'un cycle vocal basé sur un ensemble de quatre poèmes d'Amelia Rosselli auquel le compositeur travaille depuis 1998. Le projet est né de la rencontre avec la poésie d'Amelia Rosselli, l'une des figures les plus importantes de la littérature italienne d'après-guerre. Rosselli, fille d'un exilé antifasciste, a grandi en France et en Angleterre et est arrivée en Italie en 1948. Ses premières aventures poétiques dans sa langue maternelle sont contenues dans un recueil intitulé Prime prose Italiane, un recueil de phrases laconiques d'une simplicité oraculaire écrites dans un style basé sur des jeux de mots et des fautes d'orthographe délibérées. Les quatre fragments choisis dans cette sélection décrivent une Pietà baroque à travers les yeux malicieux de petites filles; ils nous parlent de tombes aquatiques, d'une floraison énigmatique d'herbe noire et enfin chantent une élégie funèbre à un mystérieux cadavre fluvial – objet ironique du deuil dans une posture canine. L'œuvre est écrite à l'origine pour une voix de soprano, un ensemble instrumental augmenté d'instrumentistes jouant d'une véritable panoplie d'instruments-jouets et une électronique principalement réalisée par synthèse de modélisation physique, un procédé qui tente d'imiter l'ensemble "classique" ainsi que les instruments-jouets. Dans la version autonome présentée ici, leurs interventions sont remplacées par un mélange de sons échantillonnés et générés par ordinateur.

Mare, ti hanno proclamato.
Sei una grande bestia lumaca.
Hai la sordità nel fondo tufo.
Mare mare hai la gioia e la misericordia con te.
Sei un fiore trasparente una forte tomba
Amelia Rosselli, Extrait de Prime prose italiane (1954)

Rédaction de la notice : William Blank

Concert SMC Lausanne: