Caravan

2017, Michael Beil

« Une anthropologie de l’hypermodernité » en 3 actes.

Caravan est un théâtre dans lequel tout est fake. Les musiciens miment les sections musicales qui sont ensuite projetées sur la bande-son, maintenant l’illusion du playback. Michael Beil s’interroge ainsi sur la distance entre fiction et vérité dans notre société. Il propose un collage où le magma sonore est de plus en plus confus au point d’en perdre la notion du temps. Les motifs musicaux se forment et se déforment sur une piste hyper-rythmée avant de conclure sur une note nostalgique. Le titre provient d’une chanson de 2003 de Blur, dont quelques extraits surgissent dans la bande-son.

Concert SMC Lausanne: