I Presagi

pour ensemble
1958, Giacinto Scelsi

Giacinto Scelsi, I Presagi pour ensemble (1958)
Comme dans Yamaon (1954-58) ou dans la cantate Uaxuctum (1966), I Presagi rappelle l’intérêt de Scelsi pour la culture et la civilisation mayas. Ces « présages » sont ceux annonçant la fin de leurs cités, dont il pensait qu’elles avaient été abandonnées pour des raisons religieuses. On peut ainsi considérer les trois mouvements d’I Presagicomme trois actes narrant de mauvais augures eschatologiques. Le dernier mouvement est marqué par l’arrivée des percussions (timbales, grosse caisse et machine à vent) qui amplifient l’appréhension amorcée dans les deux premières sections. 
Notes tenues qui vacillent, tremolos serrés, sons bouchés et articulations au quart de ton sont tant de stratagèmes pour créer une atmosphère tendue, chargée de la crainte d’événements surgissant depuis l’hors-champ. Sans fard, l’ambiance oppressante est finement transcrite avec beaucoup de réalisme, ce qui confère une grande puissance à l’œuvre. Comme de nombreuses pièces de Scelsi, elle ne fut créée qu’une trentaine d’années après sa composition.

Concert SMC Lausanne: