Musique Captive

pour neuf instruments à vent
1980, Pascal Dusapin

Pascal Dusapin, Musique captive pour neuf instruments à vent (1980)
« Une musique captive d’elle-même… » Selon Dusapin, Musique captive est « comme en cage », piégée dans la contrainte d’un renouvellement permanent. Aucune place n’est laissée à la variation motivique ou au développement, comme on peut le retrouver chez Varèse ou Xenakis, son mentor et son maître. De l’injectivité assumée du matériau musical suit une grande puissance dans l’écriture, obligeant ainsi les musiciens à se réfugier dans leurs derniers retranchements. Faisant appel à des modes de jeux particuliers et aux notes extrêmes des tessitures instrumentales, la pièce impose par sa difficulté un format court, mais intense.
Aux côtés de Musique fugitive (1980) pour trio à cordes et Inside (1980) pour alto seul, Musique captive explore le modèle d’une quête du « non-développement », selon l’expression du compositeur Alain Féron. Cette fuite perpétuelle se transcrit dans une partition qui vient capturer cette énergie – révélatrice de la tension d’un sempiternel non-retour –, la rendant par implosions successives.

Concert SMC Lausanne: